Masquer AdSense

Le virus Zika est également transmis par contact sexuel entre hommes


Selon les autorités américaines, l'homme est infecté
Aux États-Unis, un homme a infecté son partenaire par contact sexuel avec le virus Zika. Ceci est rapporté par l'agence de presse AFP, citant les autorités sanitaires américaines. En conséquence, la transmission du pathogène est également possible entre les hommes. Jusqu'à présent, seuls des cas connus d'hommes avaient infecté sexuellement leur femme.

Contagion après le retour d'Amérique du Sud
Il a été démontré qu'un homme des États-Unis a infecté son partenaire avec le virus Zika. Selon l'AFP, l'agence de santé américaine "Centers for Disease Control and Prevention" (CDC) a annoncé. Selon cela, la transmission a eu lieu en janvier dans l'État américain du Texas après le retour de l'homme d'un séjour au Venezuela. Le cas confirmé montre que les hommes peuvent également se transmettre l'agent pathogène par contact sexuel. Jusqu'à présent, au moins cinq cas ont été signalés dans lesquels des hommes ont infecté leurs femmes de cette manière.

Pas de rapports sexuels non protégés pendant au moins six mois
L'agence de santé a conseillé aux hommes touchés de ne pas avoir de relations sexuelles non protégées pendant au moins six mois. Cela s'applique aux cas dans lesquels une infection à Zika a déjà été diagnostiquée, mais aussi aux hommes qui présentent des symptômes typiques tels que fièvre, douleurs articulaires ou conjonctivite. L'infection elle-même est généralement inoffensive et passe généralement inaperçue, mais le virus transmis par les moustiques est particulièrement dangereux pour les femmes enceintes et leurs bébés à naître.

Relation avec la microcéphalie confirmée
Ce n'est que mercredi que le CDC a présenté des preuves du lien entre l'infection prénatale à Zika et les malformations du crâne. Selon cela, le virus, qui est particulièrement répandu en Amérique latine, peut conduire à la microcéphalie, une caractéristique du développement qui se caractérise par un crâne relativement petit. Cela peut entraîner des malformations cérébrales, ce qui signifie souvent que les enfants affectés sont handicapés mentaux et souffrent de troubles neurologiques. On pense également que le virus peut déclencher le soi-disant «syndrome de Guillain-Barré». Il s'agit d'une maladie inflammatoire des nerfs, caractérisée par une paralysie croissante et des troubles de la sensibilité et, dans le pire des cas, peut être mortelle. (Non)

Informations sur l'auteur et la source


Vidéo: 7es journées de microbiologie: virus sans frontières (Novembre 2020).