Le père légal doit en fait être le père de l'enfant

Le père légal doit en fait être le père de l'enfant

OLG Hamm: relation sociale-familiale requise
Hamm (jur). Si un homme reconnaît la paternité légale à un enfant qui ne lui est pas né, il doit également construire une relation sociale et familiale. Dans le cas contraire, le père biologique de l'enfant peut contester avec succès la paternité juridique de l'homme, a décidé le tribunal régional supérieur (OLG) de Hamm dans une décision annoncée le vendredi 8 avril 2016 (numéro de dossier: 12 UF 244/14). En règle générale, une relation socio-familiale peut être présumée si le père légal est marié à la mère ou vit avec l'enfant pendant une longue période dans une communauté domestique et assume ainsi la responsabilité.

Le procès de paternité décidé concernait un enfant né en 2011. La mère guinéenne de 24 ans est arrivée en Allemagne en 2010 en tant que demandeuse d'asile. L'enfant est issu d'une relation illégitime avec le requérant, également de Guinée.

La paternité légale de l'enfant a été prise en charge par un Allemand de 50 ans qui, cependant, ne vit pas avec la mère mais avec une autre femme. La mère et lui vivent à Münster et ont remis au garçon une déclaration de garde conjointe. Le père légal paie également la pension alimentaire et entretient des contacts réguliers avec l'enfant.

Le père biologique vivant à Dortmund a contesté la paternité légale de l'autre homme. L'objection selon laquelle la paternité n'est reconnue que pour des raisons de droit de la résidence.

La mère et le père légal ne considéraient pas la contestation de paternité justifiée. Ils vivraient une «relation sociale-familiale» avec l'enfant. Le père légal est donc aussi un «vrai» père.

Cependant, dans sa décision du 11 février 2016, l'OLG a confirmé le requérant. Le père biologique doit être considéré comme le père de l'enfant. Une relation sociale et familiale protégée par la loi n'existe que si le père légal porte réellement la responsabilité de l'enfant, selon le Hammer Richter. C'est généralement le cas s'il est marié à la mère ou vit avec l'enfant à la maison pendant une longue période. Ce n’est pas non plus le cas ici.

Une contestation de paternité peut également être exclue en dehors de ces présomptions si le père légal entretient avec l'enfant une «relation qui mérite d'être protégée et qui a une valeur sociale». Cependant, cela ne résulte que de la perception des «droits et obligations parentaux typiques du père légal».

Cela n'a pas non plus été trouvé chez le père légal. La déclaration de garde conjointe et les paiements alimentaires n'étaient pas suffisants. La mère vit maintenant avec un autre homme et le père légal n'a pas non plus été en mesure de nommer les services de garde d'enfants actuellement fournis. Il ne suffit pas que le garçon lui dise «Papa», puisque c'est ce qu'il appelle le nouveau partenaire de la mère. (fle)

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Pour en savoir plus sur la douleur de lenfant