Nouvelles

Les patients et les avocats n'ont pas besoin d'acquérir une expertise médicale


Karlsruhe (jur). «En particulier, le patient et son représentant légal ne sont pas obligés d'acquérir une expertise médicale adéquate pour mener correctement le processus», affirme le principe d'un arrêt de la Cour fédérale de justice (BGH) de Karlsruhe publié le jeudi 31 mars 2016 (réf.: VI ZR 49 / 15).

Dans le cas déterminé, une femme âgée de 59 ans à l'époque a chuté trois fois en 2009. Elle a été opérée plusieurs fois dans deux hôpitaux différents. Entre autres, une hanche artificielle a été utilisée pour elle. Au printemps 2010, des bactéries ont été trouvées à l'intérieur de la plaie.

Le patient a poursuivi les deux cliniques. L '«infection profonde» suggère que les normes d'hygiène n'ont pas été respectées pendant les opérations. Le tribunal de district de Sarrebruck a rejeté la plainte.

Devant le tribunal régional supérieur de la Sarre (OLG), le patient a fait valoir pour la première fois que le débridement de la plaie n'avait pas été effectué ou n'avait pas été effectué correctement dans l'une des opérations. Il s'agit de l'élimination des tissus mal cicatrisants et souvent infectés de la plaie chirurgicale. L'OLG a rejeté cet argument comme étant trop tard. Le patient aurait dû le soumettre au tribunal de district, ont déclaré les juges de deuxième instance et ont également rejeté le procès. L'OLG n'a pas autorisé la révision.

La plainte de la femme contre cela a maintenant abouti au BGH. Avec leur décision du 1er mars 2016, désormais publiée par écrit, les juges de Karlsruhe ont annulé la décision de Sarrebruck et renvoyé le litige concernant la deuxième clinique à l'OLG.

Le BGH a expliqué que l'OLG avait dépassé les exigences du patient. Dans tous les cas, le débridement de la plaie n'a pas été documenté dans cette opération. Seul un nouvel avocat avait informé le patient que cela pouvait être la cause de l'infection.

Dans ces circonstances, le tribunal régional supérieur n'a pas été autorisé à ignorer le nouvel argument, a décidé la BGH. Lors du second tour, le tribunal régional supérieur de Sarrebruck devrait à présent consulter un expert pour savoir si le débridement de la plaie a pu encore avoir été effectué et seulement non documenté car la documentation n'était peut-être pas courante à l'époque. (mwo)

Informations sur l'auteur et la source


Vidéo: Fondements et mise en oeuvre de la réhabilitation psychosociale, Nicolas Franck (Novembre 2020).