Nouvelles

L'assurance maladie ne paie pas les traitements au laser des femmes contre les cheveux «masculins»


Le LSG Mainz est orphelin par électrocoagulation
(jur). Jusqu'à présent, les compagnies d'assurance maladie obligatoires n'ont pas eu à payer les femmes pour enlever les poils «masculins» avec un laser. Cela a été décidé par le tribunal social de l'État de Rhénanie-Palatinat à Mayence dans un jugement rendu public le vendredi 18 mars 2016 (numéro de dossier: L 5 KR 226/15).

Selon les conclusions du tribunal, le plaignant "a une pilosité corporelle selon le modèle de distribution masculin, en particulier une pilosité faciale forte". De l'avis du gynécologue traitant, le patient est donc en «souffrance sévère». Le traitement hormonal a été exclu en raison d'un risque accru de thrombose.

À sa compagnie d'assurance maladie, elle a demandé le coût de l'épilation au laser. La compagnie d'assurance maladie a refusé de le faire, déclarant qu'il s'agissait d'une nouvelle méthode de traitement qui ne faisait pas encore partie du catalogue des services d'assurance maladie. En particulier, l'effet durable du traitement au laser n'a pas encore été définitivement clarifié. Au lieu de cela, elle a suggéré la sclérothérapie capillaire en utilisant ce que l'on appelle l'électrocoagulation.

La femme n'était pas d'accord et s'est plainte. Comme le tribunal social de Mayence, le LSG a maintenant rejeté le procès.

Le LSG a expliqué que l'épilation au laser était une nouvelle méthode de traitement pour laquelle le soi-disant Comité mixte fédéral n'avait pas encore donné de recommandation. Le comité est un organe paritaire de médecins et d'autres prestataires de services ainsi que d'assureurs maladie, qui décide de l'étendue des prestations de l'assurance maladie légale et évalue également de nouvelles méthodes à cet effet.

Une telle évaluation fait encore défaut ici, selon le LSG. Par conséquent, l'assurance maladie n'a pas à payer le traitement. Des exceptions ne sont possibles que dans le cas de maladies mortelles ou d'autres maladies particulièrement graves. De plus, une alternative déjà vérifiée est disponible avec l'électrocoagulation, selon le LSG dans son arrêt déjà publié du 18 février 2016. (mwo)

Informations sur l'auteur et la source

Vidéo: BEAUTE Epilation nouvelle génération #CCVB (Novembre 2020).