Nouvelles

Nouvelle étude: le sport réduit de moitié le risque de décès par cancer de la prostate


Étude: fuir le cancer de la prostate
Quiconque fait beaucoup de sport après avoir reçu un diagnostic de cancer de la prostate peut presque réduire de moitié son risque de mourir de la tumeur. Les scientifiques canadiens l'ont maintenant découvert.

Une étude canadienne à long terme a régulièrement examiné 830 hommes atteints de Ca prostatique sur une période allant de 1997-2000 (diagnostic de tumeur) à 2014. En moyenne, les hommes avaient 68 ans au moment du diagnostic de tumeurs, tous avaient des tumeurs de stade II-IV et étaient encore en vie 2 ans après le diagnostic. Au cours de la période d'étude, un peu plus de la moitié des participants (458 hommes), 170 hommes (20,5%) d'entre eux sont décédés d'un cancer de la prostate.

Les chercheurs ont affecté les participants à quatre groupes de même taille avec différents niveaux d'activité. Dans le groupe avec le moins d'activité physique, plus de deux fois plus sont décédés dans le groupe avec l'activité physique la plus élevée (158 contre 75). Environ 33% des participants les plus actifs étaient décédés à la fin de leurs études, mais les trois quarts des participants du groupe étaient déjà décédés.

Après avoir pris en compte des facteurs tels que l'âge, le stade de la tumeur et le temps jusqu'à la première progression, le taux de mortalité global dans le groupe le plus actif était de 42% inférieur à celui des hommes les plus inactifs physiquement.

Si les chercheurs ne s'intéressaient qu'aux loisirs, la mortalité a été réduite de 36% pour le trimestre avec les hommes les plus sportifs. Chez les hommes qui étaient professionnellement debout, le taux de mortalité a été réduit de 28%.

Il est apparu clairement que le taux global de mortalité et la mortalité par cancer étaient les plus bas chez les hommes qui avaient beaucoup exercé pendant leur temps libre avant et après le diagnostic. Vous pouvez trouver l'étude ici. (pm)

Informations sur l'auteur et la source

Vidéo: Dr Renaud de Crevoisier Le cancer de la prostate (Novembre 2020).