Les trackers de fitness fonctionnent généralement mal dans le test: les appareils mesurent "beaucoup de merde"

Les trackers de fitness fonctionnent généralement mal dans le test: les appareils mesurent

De plus en plus de personnes utilisent des aides techniques ou électroniques dans le sport pour compter les calories brûlées ou les pas, par exemple. Les défenseurs des consommateurs ont maintenant testé plusieurs trackers de fitness. Son verdict: La majorité des produits ne sont "pas encore prêts pour le marché". Les appareils mesurent souvent "beaucoup de merde".

Aides électroniques dans le sport
De nos jours, les aides techniques ou électroniques sont de plus en plus utilisées dans le sport. Les athlètes amateurs utilisent des applications, des gadgets ou des trackers de fitness pour mesurer, par exemple, la distance parcourue ou les calories consommées. Dans l'intervalle, certains appareils sont également cofinancés par les compagnies d'assurance maladie. L'été dernier, par exemple, la Caisse d'assurance maladie AOK a été la première caisse d'assurance maladie en Allemagne à annoncer qu'elle accorderait une telle subvention à ses assurés. Cela a été suivi peu de temps après par Techniker Krankenkasse, qui a annoncé qu'elle paierait 250 € à ses membres pour une Apple Watch. Apparemment, tous les produits ne valent pas la peine d'être pris en charge. Lors d'un test réalisé par des défenseurs des consommateurs, de nombreux produits se sont avérés ne pas être recommandés.

La plupart des appareils "ne sont pas encore prêts pour le marché"
Selon l'agence de presse APA, les trackers de fitness sous forme de bracelet électronique sont, selon les défenseurs des consommateurs, pour la plupart "pas encore prêts pour le marché". De tels gadgets sportifs devraient, entre autres, augmenter le nombre de pas, la fréquence cardiaque et la consommation de calories et ainsi inspirer le porteur. Cependant, les testeurs ont critiqué l'imprécision des appareils dans le magazine "Konsument": "Ils fonctionnent de manière imprécise, ressemblent plus à des détecteurs de mouvement qu'à des podomètres." qui mesure beaucoup, "beaucoup de merde". Selon les informations, les appareils évaluaient les mouvements de la main, tels que la saisie sur l'ordinateur, comme des pas, ainsi que le brossage des dents et la pendaison du linge.

Les mesures ne sont pas fiables
"Même un trajet en métro compte comme une activité et se transforme en étapes", selon les défenseurs des consommateurs, selon l'APA. En outre, la consommation calorique déclarée "devrait être considérée comme une estimation approximative plutôt que comme une valeur calculée". Les mesures de fréquence cardiaque ne sont pas non plus fiables. S'ils sont effectués via un capteur de poignet, ils sont assez inexacts. Selon le «consommateur», seuls les modèles avec ceinture pectorale travaillaient précisément sur ce point. L'enquête sur la qualité du sommeil n'est pas non plus convaincante: l'utilisateur «dort» jusqu'à ce qu'il passe manuellement le mode en état de veille.

Les données personnelles ne sont souvent pas sécurisées
Lors d'un test de bracelets de fitness l'année dernière, d'autres experts ont critiqué le fait que la protection des données était souvent négligée. Il y a actuellement une critique similaire. Comme l'écrit l'agence de presse APA, les données personnelles sont stockées sur les serveurs externes du fournisseur ou dans des clouds. Mais la connexion Bluetooth entre le bracelet et le smartphone n'est parfois pas sécurisée. Selon les informations, certains appareils transmettent également toutes les adresses e-mail stockées sur Android à l'insu de l'utilisateur. La lourde charge sur la batterie du téléphone portable lors du transfert des données a également été critiquée. Tous les appareils nécessitent également des applications pour smartphone ou des programmes PC pour pouvoir lire complètement les données évaluées.

Le smartphone rend le bracelet de fitness inutile
La conclusion était donc: "En fait, un tracker de fitness sur le bras n'est pas nécessaire." Une application correspondante pour le téléphone portable sert le même objectif. Les smartphones rendent les bandes de fitness superflues, car d'innombrables données sont déjà enregistrées via les différentes applications. «Quiconque l'utilise pour l'entraînement physique décide du moindre mal. Après tout, cela ne permet pas aux données de faire un détour vers les fournisseurs de bandes », a déclaré l'avocat des consommateurs. (un d)

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: ARRETEZ VOS ROUTINES DE MERDE!