Médicaments contre les vertiges: les patients sont souvent mal conseillés

Médicaments contre les vertiges: les patients sont souvent mal conseillés

Médicaments contre les étourdissements: souvent de mauvais conseils
Les patients qui souhaitent se procurer un médicament en vente libre en raison de vertiges en pharmacie ne reçoivent parfois aucun conseil ou seulement de manière inadéquate. Des recherches menées par le magazine NDR grand public et professionnel "Markt" sur la télévision NDR l'ont montré.

Beaucoup vont à la pharmacie au lieu du médecin
Les experts en santé avertissent que les étourdissements doivent toujours être pris au sérieux, mais de nombreuses personnes atteintes cherchent d'abord de l'aide à la pharmacie au lieu d'aller chez le médecin. Environ un adulte sur trois éprouvera des étourdissements au cours de sa vie. Les chiffres des ventes de médicaments en vente libre contre les vertiges ont augmenté de façon continue ces dernières années. Quiconque se rend à la pharmacie à cause de vertiges ne reçoit parfois aucun conseil, ou reçoit souvent des conseils insuffisants, rapporte le «NDR» dans un communiqué de presse. Selon les informations, un client test de "Markt" dans sept pharmacies sur dix a immédiatement vendu des médicaments au lieu d'envoyer la femme directement chez le médecin. Cependant, selon la cause des étourdissements, cela peut avoir des conséquences mortelles. Par exemple, les symptômes peuvent survenir avec une tumeur au cerveau ou être des signes d'un accident vasculaire cérébral.

Les pharmaciens doivent conseiller leurs clients
Le pharmacologue et chef du Département d'économie de la santé, de politique de la santé et de recherche sur les services de santé de l'Université de Brême, le professeur Gerd Glaeske, considère que le résultat de l'échantillon est inacceptable. Dans la plupart des cas, l'effet promis des médicaments en vente libre contre les vertiges n'a pas été prouvé par des études. «Dans certaines situations, où l'accent est en fait mis sur les conseils, ils encaissent toujours», a critiqué l'expert. Dans l'échantillon, le plus cher des remèdes était en fait le plus vendu. Selon le code professionnel, les pharmaciens sont en effet tenus de conseiller leurs clients. L'association des pharmaciens ABDA a répondu par écrit à la demande du «marché»: «Le rôle du prix dans le choix d'un produit ne peut être évalué en général». La critique du service de conseil est prise au sérieux. (un d)

Informations sur l'auteur et la source


Vidéo: Pourquoi jai mal aux oreilles?