Mise en examen après une chirurgie fatale de routine

Mise en examen après une chirurgie fatale de routine

Médecin accusé de chirurgie mortelle du disque intervertébral
Même avec des opérations prétendument inoffensives, des complications graves peuvent parfois survenir, qui dans le pire des cas entraînent la mort du patient. Par la suite, il y a souvent une dispute entre les médecins traitants et les endeuillés sur d'éventuelles erreurs de traitement. Cependant, il peut être extrêmement difficile de prouver la culpabilité ou l'innocence au corps médical. Un procès a maintenant commencé devant le tribunal régional de Francfort dans lequel un spécialiste de la neurochirurgie de 54 ans doit répondre du décès d'un patient.

Après que le médecin eut opéré la mère de 34 ans de deux enfants à cause d'une hernie discale, elle est décédée de façon inattendue à l'hôpital de Francfort. L'accusation a allégué que le décès du patient aurait pu être évité grâce à un suivi et une surveillance appropriés. Le médecin est accusé d'homicide par négligence en raison de son manquement, rapporte lundi l'agence de presse "dpa" depuis le début du processus.

Artère principale blessée pendant la chirurgie
Au cours de l'intervention de routine supposée, une artère principale a été apparemment blessée, ce qui a entraîné une hémorragie interne, qui n'a été constatée que lorsque la femme s'est plainte d'essoufflement et de douleurs thoraciques, selon la "dpa". Le patient est décédé par la suite lors de l'opération d'urgence. Le médecin accusé a déclaré, selon l'agence de presse, que le patient avait été ramené au bloc opératoire immédiatement après l'apparition des symptômes. Après avoir appelé l'infirmière, il est allé directement à elle et a appelé d'autres spécialistes.

Le suivi est négligé chez le patient?
Cependant, le parquet fonde son raisonnement sur un avis qui conclut que le suivi était insuffisant. Le spécialiste en neurochirurgie a négligé les soins de suivi appropriés pour le patient, selon l'accusation adressée au médecin. Le juge président est également cité par le "dpa", car le juge président a été cité comme disant que la femme avait été mal jugée par un collègue de l'accusé en se trompant sur la véritable cause de ses plaintes. Afin de clarifier dans quelle mesure le médecin est réellement responsable du décès du patient, six autres rendez-vous d'essai ont été programmés. (fp)

Informations sur l'auteur et la source


Vidéo: Retard de Croissance Intra Utérin RCIU