Rapport de l'ONU: Plus de 5,9 millions d'enfants mourront cette année

Rapport de l'ONU: Plus de 5,9 millions d'enfants mourront cette année

La mortalité infantile a été réduite de moitié dans le monde - mais n'a pas atteint l'objectif du Millénaire pour le développement
De 1990 à 2015, la mortalité infantile devrait être réduite des deux tiers dans le monde. C'était l'un des objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies (ONU). Cela n'a pas été réalisé. Près de six millions d'enfants mourront cette année. Des mesures médicales «simples et abordables» pourraient sauver des milliers de personnes.

16000 enfants meurent chaque jour
Selon l'ONU, la mortalité infantile dans le monde a plus que diminué de moitié depuis 1990. À ce moment-là, 12,7 millions de filles et de garçons de moins de cinq ans sont morts; cette année, ce sera environ 5,9 millions. L'objectif du Millénaire des Nations Unies visant à réduire les décès de deux tiers d'ici 2015 n'a pas été atteint. Malgré la réduction de 53%, 16 000 enfants en moyenne mourraient encore chaque jour. Cela représente 700 enfants toutes les heures ou onze enfants par minute. On espère que 2015 sera probablement la première année au cours de laquelle la mortalité est tombée à moins de six millions d'enfants.

Un million de bébés meurent le jour de la naissance
«Pour toutes ces filles et ces garçons, la vie s'est terminée avant d'avoir vraiment commencé», a déclaré Christian Schneider, directeur général de l'UNICEF Allemagne dans un communiqué de presse. "Dans la plupart des cas, votre mort prématurée aurait pu être évitée par des moyens simples qui sont une évidence pour nous en Allemagne - par exemple, de l'eau potable, des vaccinations et de bons soins avant, pendant et après la naissance." 45% des décès surviennent déjà en Allemagne. premier mois de vie. Environ un million de bébés meurent le jour de leur naissance. ("Https://www.heilpraxisnet.de/naturheilpraxis/eine-million-babys-sterben-am-tag-ihrer-geburt-901853397.php") Ce nombre n'a guère changé par rapport aux dernières années.

La pneumonie comme principale cause de décès
La plupart des causes de décès peuvent être évitées, selon le rapport de l'UNICEF, de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), de la Banque mondiale et du Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies (UNDESA). Alors que les scientifiques ont rapporté l'année dernière que la naissance prématurée était la principale cause de décès chez les enfants, le rapport actuel conclut que la plupart des bébés et des tout-petits meurent de pneumonie (17%). Viennent ensuite les complications de l'accouchement prématuré (16 pour cent), les complications de la naissance (onze pour cent), la diarrhée (huit pour cent), l'empoisonnement du sang (sept pour cent) et le paludisme (cinq pour cent). Dans près de la moitié des cas, la malnutrition est en partie responsable du décès des enfants.

Des milliers de bébés pourraient être sauvés
Les taux de mortalité les plus élevés se trouvent encore en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud. Par conséquent, les experts des Nations Unies demandent plus d'aide pour les pays pauvres de ces régions afin d'améliorer leurs soins de santé - en particulier dans les soins aux femmes enceintes et en obstétrique. Selon l'agence de presse dpa, la directrice adjointe de l'OMS, Flavia Bustreo, a déclaré: "Nous savons comment la mortalité des nouveau-nés peut être encore réduite." Des mesures médicales pourraient sauver la vie de milliers de bébés grâce à des mesures médicales "simples et abordables". (un d)

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: UNE EX-DEPUTÉE LREM RÉVÈLE LES DESSOUS DE LA MACRONIE