Grossesse négligée: le médecin ne paie pas

Grossesse négligée: le médecin ne paie pas

Grossesse négligée: le médecin n'a pas à payer
13.01.2015

Devant le tribunal régional supérieur d'Oldenburg, une femme n'a pas réclamé d'indemnisation et d'indemnisation pour douleur et souffrance à l'encontre d'un gynécologue qui n'avait pas reconnu sa grossesse. Le plaignant voulait obtenir 25 000 euros de douleur et de pension alimentaire pour enfants.

La plaignante souhaitait collecter 25 000 euros. Une femme qui n'a pas reconnu sa grossesse a échoué devant le tribunal régional supérieur d'Oldenbourg (OLG) en réclamant des dommages et intérêts pour douleur et souffrance, qui n'avait pas reconnu sa grossesse (dossier n ° 5 U 108/14). Le plaignant du district d'Osnabrück voulait réclamer 25 000 euros de douleur et de souffrance au médecin. Avec la décision publiée lundi, le tribunal a confirmé la décision du tribunal régional d'Osnabrück (dossier numéro 3 O 2705/13).

Le médecin n'a pas reconnu la grossesse Selon les informations, la femme était allée au traitement gynécologique du médecin de Bramsche (district d'Osnabrück) en novembre 2012 et voulait clarifier si elle était enceinte. À ce moment-là, elle ne voulait pas d'un autre enfant. Le gynécologue a effectué une échographie et a exclu une grossesse. En fait, la patiente était enceinte de six semaines. Comme indiqué, elle aurait décidé d'abandonner si elle savait à ce moment-là qu'elle attendait un enfant.

Trop tard pour un avortement Il n'était clair qu'à la 15e semaine de grossesse que le gynécologue s'était trompé. Le plaignant a alors accusé le médecin de ne pas avoir organisé de prise d'urine et de sang lors du rendez-vous. Cela aurait reconnu la grossesse et aurait encore eu la possibilité d'un avortement légal. Le tribunal a toutefois rejeté le procès, car après la consultation et le délai, une interruption de grossesse punitive, mais non légale, aurait été possible.

Réclamation médicale ou criminologique La réclamation d'une femme ne pouvait exister que pour une raison médicale ou criminologique telle que le viol. Un avortement reste impuni après une consultation au cours des douze premières semaines, mais reste un acte illégal. Par conséquent, la requérante ne peut réclamer de dommages-intérêts à son médecin. Une indication médicale et criminologique comme motif de licenciement est relativement rare en Allemagne. Selon l'Office fédéral de la statistique, seulement 4% des avortements ont été pratiqués en 2013 pour de telles raisons. (un d)

Image: Mirko Waltermann / pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: D. Bron et G. Haarscher: Médecine régénérative et thérapie cellulaire..